top of page

Prends soin de toi, maintenant

Bonjour le monde,


Cette semaine, je suis allée à un événement organisé par Partena Professional.

L’intention cette fois était de se connecter à d’autres entrepreneurs en vue de faire des collaborations, d’échanger des idées, de s’entraider selon nos expertises, expériences et projets.

Les rencontres étaient organisées en mode speed dating, avec un matching concocté en amont par l’équipe de HowIMetMyCofounders (himmc.be), selon notre besoin actuel.

9 minutes par table de 3 ou 4 personnes pour faire son pitch, expliquer notre pourquoi et voir s’il y avait échange d’idées, de partenariat possibles.


Lors de mes présentations, je me suis rendue compte que l’une a été plus accrocheuse, d’où ce post. Quand j’ai dit que, oui, c’était génial d’être entrepreneur mais que cela demandait énormément de charge mentale et qu’on avait aussi besoin de se poser pour reprendre son souffle.


Être indépendant, entrepreneur, slasheur ou que sais-je, cela requiert de la créativité, de l’énergie, du temps, de l’adaptation, beaucoup même, du lâcher-prise, d’être réfléchi et fonceur à la fois.


Ca fait beaucoup pour une seule personne, non ?


Etant orientée bien être, individuel et collectif, ce qui me marque le plus, c’est à quel point on dit que « ça va ».

Parfois, après quelques minutes de conversation, on s’admettra un peu fatigué ou tendu « en ce moment » mais on le dira très vite pour surtout ne pas creuser, s’y engouffrer de peur de…


Peur de quoi ?


De ne pas ou plus croire en nous ou notre projet ?

De ne plus savoir repartir ?

De laisser une porte d’entrée aux peurs de notre entourage ?

De s’admettre vulnérable ?


C’est ok d’être vulnérable, cela fait notre richesse d’être, d’âme, de cœur.

Nous sommes des humains, de chair, d’os, de cœur, d’émotions, de rêves, pas des machines connectées.


Prendre un temps pour se poser, justement quand on n’a pas le temps, c’est ça aussi mener sa barque, se responsabiliser.

Notre tête est précieuse. Oui. Notre corps l’est encore plus.


Ces deux-là peuvent très bien fonctionner séparément ou en mode automatique, pendant quelques sprints mais pas en marathon.

Si tu t’entends dire « en ce moment j’ai beaucoup », « en ce moment… », « ça ira mieux quand… » demande toi depuis quand tu le dis.


1 mois, 2, 6, 12, plus ?


Tu as ta réponse.

Le marathon dure surement depuis… trop longtemps, même si chacun a un seuil de tolérance qui lui est propre, bien sûr.


Se trouver du temps pour se recharger devrait être une prescription obligatoire !

C’est essentiel et devrait être même plus important qu’un rendez-vous client, qu’un objectif ou qu’une deadline.


Selon moi, cela fait partie des impératifs pour ne pas se perdre dans cette vie riche en rebondissements que l’on a choisie.

Le sport, les balades, les pratiques méditatives, créatives, artistiques, ou des soins « bien-être » sont différentes pistes vers soi.

Se déconnecter des ondes (pré-requis absolu) et prendre le temps de se connecter à ce qui nous apaise, nous recharge et nous fait sourire (en dehors de notre business ou de notre famille).


C’est pour cela aussi que j’aime ce que je fais à l’Alchimiste de l’être. Là où m’a guidé mon cheminement d’ex control freak et super émotive en recherche de sens.


Accompagner les personnes à se poser, se déposer, se connecter à elles, à ce qui compte et fait sourire leur cœur.


Mon conseil de jour, ho souverain dans ton royaume, c’est de prendre soin de toi, maintenant, car personne ne le fera à ta place et que tu es ton atout le plus précieux !


Passe une merveilleuse journée !

Sophie

Comments


bottom of page