Donner de soi, du temps, de l’attention, aimer, rendre service, sont des évidences pour certain.e.s et même leur nourriture quotidienne, leur rapport automatique à l’autre.

Mais à toi, que te donne tu réellement?

Car ce qui est bon pour l’autre l’est pour soi. Si si !


Qu’en est-il de Recevoir?

Un cadeau? Le plus évident sans doute. T’entends-tu répondre « il ne fallait pas » en passant vite à autre chose ou juste « merci » en regardant l’autre dans les yeux, cœur à cœur.


Et si ce cadeau était un compliment, une écoute, du temps, une étreinte, de l’aide, de l’amour? Quel genre de receveur ou receveuse es-tu?

Étant une « fais plaisir », donner fut pour moi une évidence. A l’autre surtout.

A moi? Pour quoi faire? Ou est le piège?


Nous avons tous nos blessures qui font de nous qui nous sommes et, à tout moment, on peut choisir de changer pour expérimenter la Vie autrement.

J’ai appris à me mettre dans cet autre, à me féliciter des petits pas accomplis, des grands aussi, à me sourire, m’encourager, utiliser des mots plus doux, me complimenter. La bienveillance a pris la place du juge et bourreau. Ma meilleure ennemie est devenue ma meilleure amie. On danse ensemble et c’est savoureux.


Petits partages personnels de moments clés sur cette voie:

J’ai appris à demander de l’aide quand on m’a dit que c’était aussi de permettre à l’autre de rendre service, de donner à son tour et donc … de lui faire plaisir. Le messager était ici mon ostéopathe et j’ai enfin entendu car cela faisait sens dans ma perception de donneuse.


Le principal n’étant pas comment ou par quel biais le déclic se produit mais qu’il se produise (il faut dire que je venais de porter à bras le corps une sculpture de 43kg au 3ème étage ).


J’ai reçu en conscience mon premier compliment il y a 4 ans. Je m’en souviendrai toute ma vie car la logique et l’humour se sont mis en travers avec le « oui mais…» pour ensuite, à la 3ème répétition, ne plus avoir le choix que de recevoir et remercier sans renvoyer ou noyer le poisson. C’était gratuit, sans attente ou contre partie


Recevoir par le cœur, non par la tête. Gratitude !


Ce fut le début d’une belle histoire où, petit à petit, l’équilibre entre ces deux pôles a changé mon rapport à l’autre et à moi, bref, au tout.


Tout est cycle, énergie et mouvement. Les opposés ne font qu’un.

Et toi, comment (te) donnes-tu ou comment (te) reçois-tu? Qu’aimerais-tu changer?

Être fort signifie regarder en nous et accepter qui nous sommes. C'est accepter que nous vivions des émotions... C'est accepter de les libérer. Être fort ne signifie pas ne pas pleurer... C'est av