top of page

Être authentique...

Avec soi, les plus ou moins proches...

Ça parait simple et pourtant parfois c'est un vrai casse-tête quand on a la peur du jugement de l'autre et le besoin d'appartenance scotchés à soi depuis perpette.

Tout un défi.

Prendre conscience de ce qu'on accepte ou non, si on le communique ou pas, mais aussi du cadre dans lequel c'est (perso, pro, amis, famille, nouvelles rencontres), de ses limites, du respect de soi et de l'autre.


Justement, où est la limite alors quand est ancré en soi le fameux "la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres"? ou encore les « sois sage » et « sois gentil » ?

Où se situe le juste milieu quand on, ou ce fameux bon grand cœur, a accordé cet autre plus de place que nécessaire? C'est ma réflexion du jour car je réalise que malgré tout le "développement personnel" à mon actif, j'ai encore du mal à rester authentique en toute circonstance (ou alors le hamster me rattrape).


Certain.e.s y arrivent très bien et ne comprennent pas que je puisse me poser la question puisque c'est un automatisme (ou un côté rebelle par défaut, un "je m'en fiche" aisé).

De l'extérieur, cela semble facile (ces mêmes personnes approuveront) mais quand on a ce hamster empathe hyperactif et hyperpensant dans sa tête qui est encore attaché à ce que les autres peuvent penser ou ressentir, c’est plus… laborieux, complexe, énergivore et galère (si si).


Ha la la… la douce légèreté de l’être est parfois bien lourde dans ma cabosse.


Ok Sophie et je fais quoi avec ça ?


Ce qui me vient est : Respiiiiire, encore, là maintenant, en gonflant bien le ventre, en le vidant entièrement jusqu’à plus d’air et reprends cette inspiration de survie. La meilleure car elle sert de « reset ».

Souris-toi avec le cœur, comme tu le ferais à quelqu’un que tu aimes.

< ces 2 médecines sont aussi simples qu’efficaces en toutes circonstance >


Ensuite, continue cet engagement envers toi car, de toute façon, que tu veuilles bien faire ou pas, ça peut toujours partir en sucette alors autant que tu sois toi (en plus tous les autres sont déjà pris).


Continue pas à pas, comme le reste, avec bienveillance envers toi, ton hamster, et envers les autres, même s’ils ne comprennent pas, car au final, chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a mais quand c’est fait avec amour… c’est plus doux.


Belle journée à tous ces toi qui font que tu es spécial.e et unique.


Sophie

bottom of page